Le Cassis

Cassissier
Cassissier

Qui ne connait pas le Cassis ? A moins de n’avoir jamais participé à un « apéro » en famille, entre amis, ou sur un comptoir, il aurait été difficile d’ignorer le  » blanc-cass’ « , fameux apéritif créé par le chanoine Félix Kir, maire de Dijon de 1945 à 1968, apéritif dont l’ingrédient de base est le sirop de Cassis.

Quelles que soient ses parties utilisées – feuille, fruit, bourgeon – ce célèbre arbuste possède des propriétés inestimables.

UN PEU D’HISTOIRE

Le cassis semble avoir été introduit en France vers le XI e siècle ; les premières cultures sont apparues en Bourgogne, le climat étant approprié, puis son aire de culture s’est étendue en raison de ses nombreux usages. Au tout début de sa culture, le cassis n’est reconnu que pour ses qualités gustatives, puis dès le XVIe siècle, ses vertus médicinales sont mises en avant dans l’ouvrage La Vénérie de Jacques du Fouilloux, originaire du Poitou. C’est de là que vient le nom du cassis, mot poitevin dérivant du latin casse signifiant fausse cannelle. Le médecin naturaliste Buchoz, en 1707, nomme la plante le cassetier des poitevins. Il était alors utilisé pour ses propriétés laxatives. Ce n’est qu’aux alentours du XVIIIe siècle que le mot cassis apparaît ; jusque-là, il était appelé poyvrier, très certainement dû à ses baies noires et à la forte odeur de ses feuilles. Puis, au XVIIIe siècle, le cassis fut décrit comme un remède à tous les maux, dans " les propriétés admirables du cassis ", écrit par l’abbé Pierre Bailly de Montaran. On le disait « fortifiant, tonique, apéritif, diurétique et propre à chasser la pierre ». Le livre connut un succès si considérable qu’il devint introuvable et fut réimprimé ; ces rééditions contiennent les premières recettes de boissons à base de cassis. La création par Lagoute de l’industrie Cassis-Liqueur dans les années 1940, permit au cassis de connaître une véritable expansion de sa culture dans la région de Dijon. . Aujourd’hui, le cassis constitue une plante majeure de l’arsenal thérapeutique phytothérapique.

BOTANIQUE

Le cassis (Ribes nigrum) est un arbrisseau de 1 à 2 m, non épineux, hermaphrodite, de la famille des grossulariacées. Les jeunes rameaux dressés sont jaunâtres contrairement aux vieux rameaux, plutôt brun-noir. Le système racinaire est plutôt superficiel, avec de fines racines adventices, et ne dépasse jamais les 40 centimètres de profondeur. Les bourgeons de cassis sont de grosse taille, plus ou moins arrondis, verts ou colorés peu écailleux et recouverts de glandes essentielles à odeur caractéristique. Les feuilles, caduques, sont palmatilobées, alternes, composées de 3 à 5 lobes triangulaires, superficiels, dentés et larges d’environ 10 cm. La face supérieure de la feuille est verte foncée, et glabre contrairement à la face inférieure gris-vert clair. Leur limbe est gaufré, le pétiole est long, et de couleur vert jaunâtre. Des glandes jaunes d’or sont situées sur la face inférieure en plus ou moins grande quantité et renferment une huile essentielle identique à celle des bourgeons. Le froissement des feuilles permet de libérer cette huile essentielle qui possède une odeur caractéristique et qui permet de distinguer le cassissier des autres arbustes du genre Ribes. La fleur de cassis est hermaphrodite et est pourvue d’un pédoncule floral. Les fleurs vertes-rougeâtres, sont en grappes axillaires, toujours pendantes en forme de petites cloches et de longueur variable. Le fruit est une baie appelée cassis, sphérique et globuleuse avec un diamètre compris entre 10 et 15 mm, noire. Sa saveur est aromatique, musquée et très fruitée. Les baies sont organisées en grappes pendantes et parsemées de glandes odorantes ; sa pulpe est de couleur blanche-bleuâtre, entourant les pépins ; ces graines contenues dans chaque baie sont présentes en nombre variable. Originaire du nord de l’Europe et de l’Asie, Ribes nigrum se retrouve dans les bois du nord-est de la France. La région de Dijon s’en est fait une spécialité. Cette plante aime les environnements humides, et peut croître jusqu’à 1600 m d’altitude. Elle est fréquemment cultivée dans les jardins, en même temps que les autres espèces de groseillier.

Cassis

 

Autres espèces du genre Ribes :   

 – Ribes rubrum, appelé communément groseillier rouge. Son fruit est la groseille, très prisée des amateurs de gelées de fruits.

Ribes sanguineum, communément appelé groseillier à fleurs; ses fruits sont de petites baies noires qui sont sèches et dépourvues de goût. C’est une variété purement horticole, servant à l’ornement des parcs et jardins.

Ribes uva crispa également appelé groseillier à maquereaux ou groseillier crépu, est un arbuste épineux, mesurant de 0,6 à 1,5 m, et poussant le plus souvent dans les bois. Les fruits sont des baies juteuses et comestibles ; verdâtres au stade immature, elles arrivent à maturité entre juin et juillet, devenant alors blanchâtres ou rouges sombres selon les variétés.

Il existe plusieurs autres espèces de Ribes non décrites ici.

PARTIES UTILISEES

  1. Le Bourgeon

Sans doute la partie la plus utilisée en phytothérapie, et la plus connue. On l’utilise sous forme de macérat glycériné

     2. La Feuille

On l’utilise, fraîche ou sèche, après extraction par divers solvants ou mise en poudre

     3. Le Fruit

Utilisé pour ses qualités gastronomiques, on l’utilise en liqueur (le célèbre Kir), confiture, gelée, pâtisseries…

kir_imperial

 

 

 

 

 

 

COMPOSITION CHIMIQUE restreinte

1) La feuille : des flavonoïdes, des anthocyanosides, des traces d’huile essentielle

2) Le fruit : des glucides, des vitamines C et E, des polyphénols, des caroténoïdes, des polysaccharides

3) Le bourgeon : une huile essentielle riche en terpènes, des acides aminés essentiels, des flavonoïdes

PROPRIETES

1)  Proprietés du BOURGEON

Spring leaf bud (triple)
bourgeon de Cassis

 

 

 

 

 

      • Les bourgeons ont une activité anti-inflammatoire plus importante que celle des feuilles (l’action anti-inflammatoire des bourgeons atteindrait le tiers de celle de la cortisone)
      • Stimulent la production de cortisol par les glandes surrénales, augmentent le tonus sympathique
        • D’après Tétau  l’activité anti-inflammatoire de Ribes nigrum bourgeons a été testée sur 4 modèles :
          • Test de la résistance au froid (effet cortisone-like)
          • Test de l’œdème plantaire au froid (effet anti-œdémateux)
          • Test des pellets d’éponge ou de coton (diminution des cellules inflammatoires)
          • Arthrite à l’adjuvant de Freund (diminution de l’orosomucoïde et immuno-modulation)
      • Propriétés anti-oxydantes 
      • Antimicrobiens, antibactériens 
      • Activité potentielle dans la polyarthrite rhumatoïde par effet anti-oxydant

2) Propriétés de la FEUILLE

feuille cassis
feuille de Cassis

 

  • Anti-inflammatoire, sans effet ulcérogène, effet comparable aux AINS , analgésique périphérique
    • – Piège les radicaux libres
    • – Activité salidiurétique et natriurétique,
    • – Angio-protecteur, antihypertenseur  
    • – Antiviral 
    • – Fongicide

3) Propriétés du FRUIT

cassis fruit
grains de cassis

 

 

 

 

 

    • Action favorable sur la circulation veineuse, la microcirculation et l’acuité visuelle
    • Le jus, riche en vitamine C est adaptogène, aide à lutter contre le stress, antiviral, antidiarrhéique, anti-oxydant
    • Immuno-stimulant, stimulation de l’activité des macrophages
    • Anti-grippal spécifique, inhibe l’adsorption du virus influenza A et B sur la cellule
    • Anti-herpétique 
    • Les lignanes des fruits ont des propriétés phyto-estrogéniques 

INDICATIONS

Indications de la plante entière (phytothérapie)

  • Rhumatismes et douleurs articulaires                                                                                                                                                                              
  • Stimulation du cortisol par les glandes surrénales, augmentation du tonus sympathique
  • Maladies virales

Indications du bourgeon (gemmothérapie)

  • Allergies respiratoires, cutanées
  • D’après Pol Henry, il domine avec l’aulne et le bouleau la phase primaire inflammatoire et il est déterminant si cette phase est à prédominance allergique. Il agit donc en complémentaire de tous les états inflammatoires muqueux des tractus respiratoire, digestif, urinaire et de la peau.
  • Par la stimulation des 11 oxystéroïdes, il stimule le catabolisme de l’urée, de l’acide urique et du cholestérol
  • Il agit sur certains syndromes urticariens aigus : oedème de Quincke, sensibilisation médicamenteuse
  • Il agit sur les accidents anaphylactiques suite d’antibiothérapie et après piqûres d’insectes
  • Dans la glomérulonéphrite aigue post-infectieuse avec séquelles de foyer microbien, Ribes nigrum accélère fortement le processus de résolution de l’affection.
  • Agit dans les états grippaux avec Alnus glutinosa et Betula pubescens.
  • Est complémentaire d’autres bourgeons dans le traitement de l’arthrose

USAGES

FORMES D’UTILISATION – PRESENTATIONS

  • Teinture-mère  (feuille fraîche)        
  • Extrait fluide (feuille sèche)                                                                                                                                                                                                               
  • EPS (feuille fraîche)                                                                                                                                                                                                                 
  • Macérat glycériné de bourgeon                                                                                                                                                                                                                                    
  • Tisane de feuilles                                                                                                                                                                                                                                
  • Poudre micronisée; Extrait sec

USAGE FAMILIAL

On l’utilise à la maison en infusion de feuilles pour les douleurs articulaires, pour l’apéritif, en sirop de baies dans le « Kir« , en confitures ou gelées de baies, en pâtisserie dans les tartes, glaces, sorbets, et autres douceurs.

gelée cassis

 

 

 

USAGE HUMAIN

Le Cassis est prescrit par les médecins phytothérapeutes essentiellement sous forme de macérat glycériné de bourgeons dans la prévention des affections hivernales, en association avec le bourgeon d’églantier (Rosa canina).

USAGE VETERINAIRE

  • Allergies de toutes origines, cutanées, respiratoires
  • Arthrose, douleurs articulaires
  • Renforcement des défenses immunitaires

Les présentations que j’utilise sont :

  • L’Extrait Fluide de feuilles
  • Le Macérat Glycériné de bourgeons. La présentation classique est depuis de nombreuses années le macérat fabriqué par les laboratoires homéopathiques et dilué à 10% (1DH); son pourcentage d’alcool étant très important, certains laboratoires proposent depuis peu une forme concentrée, ce qui permet de diminuer drastiquement la quantité administrée. Très récemment est même apparue une forme sans alcool, très intéressante pour le traitement des chats, espèce particulièrement réfractaire aux prises de médicaments.

aquagemm_cassis

EXEMPLE DE TRAITEMENT

Exemple de chat présentant des lésions dermatologiques importantes typiques d’une allergie d’origine alimentaire.

En dehors d’un régime d’éviction, de l’apport de certains oligoéléments et de plantes à activité antiallergique, il prendra une goutte matin et soir de bourgeon concentré de Cassis, sans alcool.